• 19 secondes

    Ca ne commence pas très bien. Genre la vie amoureuse et apparemment bientôt la séparation de deux zèbres bobos échappés d'un roman d'Alexandre Jardin. Ils ne sont plus très sur d'avoir envie de vieillir ensemble et se donnent une sorte de rendez-vous. il sera sur un quai de métro, un soir à une heure précise. Si elle sort du métro à l'heure convenue, devant lui... chababadada, ce sera reparti comme en l'an 40. Sinon et bien il n'aura plus qu'à comprendre qu'elle est en train de faire ses bagages à la maison et que c'est terminé.

    Franchement, je n'étais pas emballée.

    Mais très vite le petit livre devient tout autre chose. On s'intéresse beaucoup aux personnes qui se trouvent autour de madame (qui est dans le métro, mais qui n'est pas descendue, faut pas chercher à comprendre). Qui sont-ils, ou vont-ils, qu'ont-ils dans la tête, qu'est ce qui les fait rire, de quoi ont-ils peur etc ???? J'adorerait lire ainsi dans la tête de chacun de mes voisins. Ou a défaut avoir assez d'imagination pour trouver une vie qui colle à leur visage..

    Bref si on s'interesse autant à eux, c'est que leur vie va vite prendre un raccoucit un peu inattendu. Je ne vais pas resepcter l'embargo implicite de l'éditeur sur ce livre. C'est l'attentat. Et c'est assez fort. Parce qu'évidemment derrière toutes ses victimes d'attaque dont on (je) parle tous les jours, il y a des femmes des infidèles, des pervers perdus, des jeunes filles en fleur et des soixante-huitard attardés !!!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :